Archives de catégorie : Roman québécois

Aliss

AlissAuteur : Patrick Senécal

Maison d’édition : Alire

Année de parution : 2000


Résumé :

Alice est une jeune fille qui vit à Brossard, elle a soif d’aventure et de nouveau. Alors, un jour elle annonce à ses parents qu’elle a décidé d’arrêter ses études pour aller vivre à Montréal. Ses parents furent tellement choqués qu’ils la mirent à la porte. Arrivée à Montréal, elle se chercha un appartement puis, elle aperçut un homme qui avait échappé son portefeuille. Elle se lança à sa poursuite dans le métro afin de lui redonner. Elle atterrit dans un quartier de Montréal qu’elle ne connaissait pas du tout, Lutwidge Elle fît la rencontre de personnages très étranges et excentriques comme Verrue, Charles ou encore Bone et Chair. Tout le monde lui semble bizarre et dérangé. Aliss vivra des aventures déroutantes et elle apprendra que la logique n’est pas toujours la même pour tout le monde…

Critique :

En premier lieu, je n’ai pas apprécié ce livre contrairement aux autres ouvrages de Patrick Senécal, car j’ai trouvé le style d’écriture de celui-ci beaucoup plus difficile à comprendre ce qui pourrait ne pas convenir à tous les niveaux de lecteurs. De plus le sujet de ce livre était trop étrange ce qui m’a déplu, effectivement : ‘’ Elle est l’anti-logique! Celle qui mènera au chaos, au chaos, au chaos«  je n’ai pas compris ce que les personnages essayaient d’exprimer… En second lieu, je n’ai pas aimé les émotions que m’a procuré ce livre c’est-à-dire de l’effroi et du dégoût, ‘’Qu’est-ce que… Une femme! Je hurle, en échappe presque mon briquet. Mais oui, c’est une femme, suspendue par les pieds au plafond! Ou plutôt un cadavre de femme, car elle est morte c’est sûr! Elle est en sang, son visage en bouillie, sa peau lacérée, et ses bras pendants ont la peau arrachée, l’os à nu… «  Effectivement, dans ce roman j’ai eu l’impression que toutes les scènes du livre étaient beaucoup plus détaillées, ce qui parfois pouvait être intéressant tout en étant parfois un peu dégoutant si vous avez l’imagination fertile. Je vous conseille ce livre si vous êtes amateur de frissons et de livres déroutants

Rédigé par Magalie Foucault, le 6 mars 2015

Amos Daragon 2. La clé de Braha

cle braha

Auteur: Bryan Perro

Maison d’édition : Les Intouchables

Année de parution : 2003


Résumé :

Après une mystérieuse rencontre, Amos passe du monde des vivants au monde des morts. Il doit traverser de multiples épreuves pour tenter de trouver la clé de Braha, un objectif magique qui lui permettrait de mettre fin à de terribles événements. Privé de ses pouvoirs, il rencontrera des personnages qui lui permettront de retrouver son corps. Sans son ami Béorf et ses pouvoirs sur l’air, et avec tous ces morts qui l’entourent dans l’autre monde, Amos va-t-il parvenir à trouver la clé de Braha?

Critique :

Amos est une série que je recommande, car elle a un vocabulaire, une histoire et une continuité qui sont faciles à comprendre. Je l’aime principalement pour cette raison. La clé de Braha est un objet venant de la mythologie et je m’intéresse beaucoup à ce style de livre. Le monde fantastique est facile à imaginer pour des personnes qui commencent la lecture de romans plus volumineux. Bien qu’en moyenne, les romans ne me plaisent pas tellement et que je me contente des livres d’école, Amos Daragon fait exception parmi mes préférences. C’est avec cette série que j’ai commencé les livres de deux-cents pages et plus. Les créatures, tirées de mythes et légendes recherchées dans différentes cultures font en sorte que les créatures ont une description que nous connaissons. Toutes les images que les lecteurs peuvent se faire en imaginant les différents personnages sont sorties d’une imagination débordante qui nous en fait voir de toutes les couleurs.

 Rédigé par Tristan Hurtubise, le 12 janvier 2015

Amos Daragon 3. Le crépuscule des dieux

crepuscule dieux

Auteur : Bryan Perro

Maison d’édition : Les Intouchables

Année de parution : 2003


Résumé :

Dans la ville de Berrion, le chaos remplace la vie calme des habitants qui sont attaqués par des hordes de gobelins sans pitié. On entend des terribles rugissements en provenance des montagnes du nord à glacer le sang. Durant un hiver s’annonçant difficile, Amos et Béorf tentent de se rendre vers les cris stridents pour en trouver la cause. Amos rencontrera un étrange vieillard qui se montre plus sage que gâteux auprès des deux jeunes garçons.

Critique :

Amos Daragon est une série très simple pour la compréhension et qui peut aussi faire découvrir diverses créatures et divinités aux jeunes adolescents. Les sources de l’auteur, bien énumérées dans les dernières pages de chaque livre, sont bien détaillées. J’ai beaucoup aimé lire cette série, car j’y ai découvert un intérêt qui ne m’est pas familier auprès des autres romans. Les personnes qui n’en ont pas encore commencé la lecture devraient s’y mettre tout de suite, car ils vont probablement y rester attachés. Le livre ne m’a pas déçu en aucun point et je le recommande vivement à tous ceux et celles qui veulent commencer des romans faciles à lire, à comprendre, à suivre et à apprécier. Si le style fantastique, aventure et action vous convient, vous devriez lire Amos Daragon. Chaque petit détail que l’auteur s’est donné d’inscrire sur les pages du livre nous donnent l’impression d’être nous même dans l’histoire et de nous y perdre paisiblement.

Rédigé par Tristan Hurtubise, le 12 janvier 2015.

Les naufrages d’Isabelle

naufrages isabelle

Auteur : Tania Boulet

Maison d’édition : Québec-Amérique

Année de parution : 2002


Résumé :

C’est l’histoire d’une jeune fille de 15 ans qui se prénomme Isabelle, elle est une fille très studieuse qui prétend ne pas avoir besoin de l’affection des autres. Sa sœur Marie-Anne est complètement différente. Elle est rebelle, se teint les cheveux de toutes sortes de couleurs et malgré tout elle attire les garçons comme des aimants. Quand arrive à leur école le beau Samuel Lachance, toutes les filles en sont follement amoureuses sauf évidemment Isabelle, mais Samuel n’a d’yeux que pour Marie-Anne. Quelques jours plus tard, on apprit que Samuel était en couple avec Marie-Anne et qu’ils vivaient le parfait amour. Les semaines passèrent et alors que tout allait bien Isabelle se mit à recevoir des lettres d’amour d’un admirateur secret. Au début, ces lettres ne lui faisaient rien, mais au fil du temps elle se mit de plus en plus à les apprécier. De plus, elle était persuadée que cet admirateur était ce beau Samuel étant donné leur nouvelle complicité et leurs nombreux points en commun. Elle se mit à l’aimer en cachette, persuadé qu’il l’aimait aussi. C’est alors qu’un malheureux incident arriva, affectant la vie d’Isabelle et de tout son entourage… si seulement on pouvait retourner en arrière pour réparer les erreurs.

Critique :

J’ai beaucoup aimé ce roman pour plusieurs raisons. Premièrement, ce livre nous fait prendre conscience que tout ne finit pas toujours bien et que malgré tout il faut s’accrocher à la vie et continuer à vivre. Ce roman nous fait réaliser que même les gestes les plus banals peuvent entrainer des conséquences très graves. La personne qui écrivait les lettres à Isabelle n’aurait jamais pensé que ses actes auraient été aussi loin. De plus, ce que j’ai aimé dans ce livre, c’est que cette histoire relate des faits qui auraient pu arriver à tout le monde. Souvent on pense que ce genre d’histoire n’arrive que dans les livres, mais au contraire personne n’est à l’abri. Deuxièmement, j’ai aimé le fait que cette histoire ne finisse pas bien, parce que dans la vie tout n’est pas toujours comment on l’avait prévu ou espéré. Il y a souvent des imprévus et il faut vivre avec. À la fin du roman on nous montre comment Isabelle et Marie-Anne ont appris de leurs erreurs et la mort de Samuel a changé leur vie. En conclusion, j’ai grandement apprécié ce roman et je le recommande à tous les lecteurs et lectrices.

Rédigé par Vanessa Cayemitte, 15 février 2015.

Amos Daragon. Porteur de masques

 

porteur de masquesAuteur: Bryan Perro

Maison d’édition: Perro édition

Année de parution: 2003


Résumé :

Amos est un jeune adolescent qui vit dans un village bien pauvre. Par une courte rencontre, il apprend être l’élu d’une nouvelle génération de porteurs de masques, des magiciens contrôlant le feu, l’eau, l’air et la terre. Accompagné de son ami Beorf, il parcourt un monde extraordinaire rempli de créatures mythiques et étranges à la recherche des mystérieux masques de pouvoir qu’il a pour mission de trouver. Plusieurs obstacles se mettent dans sa route, mais ils l’aident à trouver une réponse.

 Critique :

Personnellement, j’ai adoré ce livre, son univers fascinant m’a plus au point de ne plus pouvoir arrêter de le lire quand l’envie m’en prenait. Le vocabulaire simple rend la compréhension plus facile et nous incite à poursuivre l’histoire. Ce livre m’a fait rire à cause de la ruse d’Amos face à ses différents adversaires et défis. Avant de le lire, je ne m’intéressais que très peu aux romans et le lire m’a appris comment lire entre les lignes. C’est une lecture que je recommande aux amateurs de fantaisie et aux personnes qui veulent commencer la lecture de livre plus long, mais qui reste facile à suivre. Les mots développent l’imagination et nous font imaginer les vastes plaines, les déserts ardents, tous comme les montagnes et les nombreuses villes et cités. L’auteur a imaginé des personnages dont la description est facile à imaginer. Si vous ne l’avez pas lu, c’est quelque chose que vous devriez faire. Vous manquez un bon livre.

Rédigé par Tristan Hurtubise, 9 janvier 2015.

La plus grosse poutine du monde

la plus grosse poutine

Auteur : Andrée Poulin

Maison d’édition : Bayard Canada 2013

Année de parution  : 2013


Résumé :

Thomas n’a pas vu sa mère depuis sa fête de 5 ans .Il se souvient que sa mère lui a préparé une poutine à la place d’un gâteau de fête . Neuf ans plus tard, pour ses 14 ans, Thomas a voulu réaliser le record de la plus grande poutine du monde. Il souhaite que par sa réalisation, sa mère puisse entendre parler de lui. Tout allait bien jusqu’a ce que Thomas trouve des menottes dans sa chambre. Il se demande « si sa mère est déjà allée en prison ». Son père lui répond : sa mère est une SDF. Finalement, Thomas prépara la plus grosse poutine du monde en souvenir de sa mère qu’il ne verra sûrement plus jamais…

Critique :

Ce livre est facile à lire car il n’y a pas beaucoup de mots difficiles et les caractères sont moyennement grands. J’ai aimé lire ce livre car l’auteur a utilisé différents moyens pour attirer les lecteurs : il a fait des blagues, il a laissé des « traces de sauce brune » sur les pages, etc… J’ai trouvé ce livre intéressant, amusant et surtout pas ennuyant. Je dirais que c’est un livre pour la 6iéme année du primaire, ce livre est composé de cent vingt pages, il a été écrit par l’auteure Andrée Poulin, qui a déjà écrit plusieurs livres jeunesse. Je recommande ce livre vivement à tous mes amis.

Rédigé par Amire Mazouz, le 3 janvier 2015

Un cadavre stupéfiant

cadavre stupefiant

Auteur : Robert Soulières

Maison d’édition : Soulières éditeur

 Date de parution : 2002


Résumé :

L’inspecteur va se marier avec Élisabeth Chamberland, sa bien-aimée, mais il y a un petit problème : un monsieur masqué d’une cagoule vient interrompre le mariage, dit « qu’il s’oppose au mariage » et il assassine le prêtre. Mais ce prêtre en est un faux et il a de la drogue cachée dans ses vêtements ! Et comme si ce n’était pas assez il enlève Élisabeth ! L’inspecteur part dans une aventure difficile à la recherche de sa princesse.

Critique : 

Ce livre est humoristique, il n’y a pas beaucoup de mots difficiles donc je le classerais comme roman jeunesse. Il a des caractères assez gros ce qui le rend très facile à lire. Mais le roman manque d’intrigue. Il y a beaucoup d’interaction dans ce livre. L’auteur met beaucoup de points d’exclamation

Ce dernier contient beaucoup trop de description, de phrases inutiles, etc…

Ce qui peut souvent ennuyer le lecteur. Pour ma part j’ai trouvé ce livre facile à lire et parfois je l’ai trouvé très ennuyant.

Je lui attribue une note de 6/10.

Rédigé par Amire Mazouz,18 décembre 2014

Le blogue de Namasté : l’amour n’est pas mort

amour pas mortAuteur : Maxime Roussy

Maison d’édition : La semaine

Année de parution : 2013


 

Résumé :

Dans le 16e tome du « blogue de Namasté », celle-ci continue à nous raconter ses histoires de tous les jours, avec sa bizarrerie bien à elle. Sa mère est de retour à la maison, et rien ne s’améliore pour elle. Namasté en a-t-elle fini avec Godzilla? Wolfie deviendra-t-il son nouveau chum? Entre toutes ses aventures, elle doit trouver le temps d’écrire son article pour l’ÉDED. Finalement, le livre se finit comme d’habitude : dans un grand suspense qui nous laisse dans l’envie insoutenable de lire le prochain roman.

Critique :

Comme les 15 autres livres, j’ai adoré ce 16e tome! Namasté fait des comparaisons parfois un peu trop étranges, mais toutes plus drôles les unes que les autres. Le plus étonnant du livre est qu’il faut 191 pages à l’auteur pour nous raconter simplement six jours de la vie de Namasté. Par contre, j’ai trouvé qu’il y avait trop d’attente avant de savoir enfin ce qui s’était passé au party avec Wolfie. De plus, je pense que l’auteur a trop mis l’accent sur l’aspect humoristique du livre. Il ne parle pas beaucoup des problèmes du père et de la mère de Namasté, ce que je trouve dommage. Outre ces petits hics, l’histoire était excellente. Je me suis surprise à rire toute seule en lisant certains passages! L’arrivée du nouveau personnage Chloé permet à Namasté de démontrer encore une fois sa grande générosité, et également son entêtement et son impulsivité. Aussi, les images mises à chaque début de journée sont très bizarres, mais bien amusantes. La fin nous laisse en suspense, et j’ai bien hâte de lire le 17e tome : « Mais l’amour n’est pas fort ».

Rédigé par Marianne Turcotte, 6 décembre 2013

Les horloges de M. Svonok

horloges de m. SvonokAuteur : François Gravel

Maison d’édition : Québec-Amérique

Année de parution : 2007


Résumé :

Steve et trois de ses amis se rendent à une maison dans le bois qui appartenait à M. Svonok, un vieil homme qui était décédé depuis peu de temps. M. Svonok était obsédé par les horloges et sa maison en est garnie de haut en bas. Mais peu après l’arrivée des jeunes adolescents, plusieurs événements bizarres se produisent, qui sort de l’ordinaire. Il commence à croire que M. Svonok n’est peut-être pas vraiment décédé…

Critique :

Ce livre a été écrit par François Gravel et met en vedette Steve et Roxanne, tout comme dans La piste sauvage. Il est paru en 2007 et est une sorte de polar contenant plus de sang et d’évènement paranormal que dans la plupart des polars que les gens lisent.

C’est un roman très bon et captivant qui peut se comparer à La piste sauvage par les similarités qu’on y retrouve, mais personnellement j’ai préféré La piste sauvage puisqu’il est plus réaliste. Tout de même, je donnerai 7/10 à ce roman très étrange. Bonne lecture

Rédigé par Anthony Ducharme

La piste sauvage

piste sauvageAuteur : François Gravel

Maison d’édition : Québec-Amérique

Année de parution : 2002


Résumé :

C’est l’histoire du jeune Steve Charbonneau qui a 15 ans et qui n’aime pas beaucoup la lecture. Il est beaucoup plus intéressé par les voitures que la lecture. En classe, il se trouve souvent en train de s’imaginer au volant d’une formule 1. Sa vie se bouleverse au moment ou une fille nommée Roxanne l’invite à quitter l’école pour venir faire des courses clandestines.

Critique :

Ce roman a été écrit pour inciter les jeunes à lire et ce livre est une sorte de polar, mais ce roman est plus violent que la plupart des autres puisqu’il y a plusieurs scènes avec du sang.

Je trouve que ce livre est très bon puisque l’histoire est captivante et aussi puisqu’à la fin du roman il y a une grosse surprise qui est très étonnante. Malgré cela, je trouve que l’histoire est un peu courte et que l’auteur ne va pas en profondeur et qu’il n’y a pas beaucoup de détails. Bonne lecture!

Rédigé par Anthony Ducharme