Archives de catégorie : Roman policier

Le Crime de l’Orient-Express

Auteur : Agatha Christie

Maison d’édition : Édition du masque

Année de parution : 2017

_______________________________________________________________________

Résumé : 

Hercule Poirot, le plus grand détective au monde, se retrouve bloqué à bord de l’Orient-Express, un train de luxe qui traverse l’Europe mais en panne en Yougoslavie, où une tempête de neige fait rage. Parallèlement, le corps d’un Américain sauvagement assassiné à coup de couteau est retrouvé à bord. Qui parmi la princesse russe, l’Américain fantasque, le colonel de retour des Indes, le couple de Hongrois distingués ou encore le propre secrétaire de la victime, aurait pu tuer cet homme?

Critique :

J’ai particulièrement aimé ce livre grâce à la complexité du récit. En effet, tout au long du roman, divers personnages nous sont présentés et tous  sont susceptibles d’avoir commis le meurtre de l’Américain.  Leurs alibis sont complexes et se complètent grâce aux alibis les uns des autres, comme un casse-tête. Lorsque je lisais, je n’arrivais pas à saisir qui, parmi tous ces passagers, auraient  pu commettre le crime. Je me suis creusée la tête maintes fois, sans succès. Puis,  le moment tant attendu est enfin arrivé. Le mystère résolu, c’est à ce moment que j’ai finalement compris. Tout était devenu clair : la clé de l’intrigue avait pourtant toujours été sous mes yeux!

Rédigée par May-Lynn Jean-Louis, le 25 avril 2021.

Le meurtre de Roger Ackroyd

Auteur : Agatha Christie

Maison d’édition : Jc Lattès

Année de parution : 2016

__________________________________________________________

Résumé :

Il y a un an, le mari de Mme Ferrars est mort d’une gastrite aiguë. Malgré tout, les gens pensent que le mari de Mme Ferrars serait mort non pas d’une gastrite aiguë mais plutôt d’empoisonnement par l’arsenic, car les symptômes sont les mêmes. Ensuite, hier, Mme Ferrars est morte d’une trop forte dose de Véronal (acide diéthylbarbiturique). Puis, aujourd’hui, M. Ackroyd a été assassiné. Mais quelle est la raison? Lui et Mme Ferrars s’entendaient pourtant bien, surtout après la mort du mari de cette dernière. Le célèbre Hercule Poirot entre alors en scène pour résoudre ce curieux mystère.

Critique :

J’ai adoré le roman Le meurtre de Roger Ackroyd par Agatha Christie, principalement à cause de l’originalité du récit. En effet, tout au long de ma lecture, je lisais le livre à partir des pensées d’un des personnages que je croyais être un simple observateur. Le meurtre, ses inquiétudes, sa vie familiale, là où il habitait, etc. J’ai cru, pendant un bref moment, qu’il était le personnage central de l’histoire, jusqu’aux derniers chapitres du livre. Le choc fut si grand que j’ai dû m’arrêter de lire pendant quelques minutes. Je n’en revenais pas. J’avais, au fil du récit, pensé avoir trouvé qui était le coupable, celui qui avait tué Mr Ackroyd, mais le vrai coupable était un personnage que je ne pensais jamais avoir soupçonné. À votre tour d’être surpris par un dévouement imprévisible!

Rédigée par May-Lynn Jean-Louis, 11 avril 2021

La chambre du haut

Auteur : Mildred Davis

Maison d’édition : Série Blême

Année de parution : 1983


Résumé :

Un nouveau chauffeur arrive à New-York. Swendsen demande le poste de chauffeur. Lorsqu’il arrive sur place, à la maison où il restera pendant quelque temps, il remarque que la maison est plutôt sombre et inquiétante. L’homme fait la rencontre de plusieurs personnes dès son arrivé. Mais, la chambre non occupée qui était au bout du corridor l’intrigue. Il voudrait vraiment savoir à qui appartenait cette chambre et pourquoi personne n’y était entrée auparavant. Swendsen apprend finalement que cette chambre avait un nom, la chambre H. Aussi, que cette chambre cache quelqu’un… Swendsen devra découvrir son identité et comprendre pourquoi cette personne s’y trouve.

Critique :

J’ai aimé ce roman car il y avait beaucoup d’action. Les personnages étaient intrigants. Je pouvais très bien m’imaginer tous les personnages avec leurs traits de caractères. Par contre, parfois durant ma lecture, je me demandais quel personnage prenait la parole et j’avais de la difficulté à différencier les personnages. Les personnages attiraient mon attention, en tant que lectrice, car leurs attitudes étaient très révélatrices sur leurs traits de caractère. Malgré ce petit point négatif, j’ai apprécié lire ce livre rempli de suspense et d’action. D’ailleurs, ce suspense nous accompagne tout le long de la lecture. J’ai apprécié que l’auteur sache nous maintenir en haleine ainsi durant toute l’intrigue. Cela permet au lecteur, en tout temps, d’être attente du prochain événement qui nous guette à chaque page!

Rédigé par Alexia Lafortune, 29 mai 2019.

LE MARCHAND DE SABLE VA PASSER

Auteur : Andrew Pyper

Maison d’édition : L’Archipel

Année de parution : 2008


Résumé :

C’est l’histoire de Patrick Rush, un père veuf qui vit à Toronto. Au début, on découvre qu’il vient de s’inscrire à un atelier d’écriture, où il fait des rencontres qui vont changer le cours de l’histoire, plus principalement la rencontre d’Angela. Lorsque cette dernière décède quelques semaines après l’arrêt de l’atelier – à la suite d’un accident de voiture – , il s’approprie son histoire, «Le Marchand de Sable va passer », dont cela va s’avérer à devenir un best-seller. Il devient le principal suspect de la police lorsque ses anciens partenaires d’activité littéraire meurent tous les uns après les autres, étant le seul qui possédait un lien reliant toutes les victimes. Enfin, il décide qu’enquêter lui-même sur le véritable coupable qui revendique les meurtres grâce aux lettres qu’il lui a envoyées : le Marchand de sable.

Critique :

Je recommande la lecture de ce livre. En effet, j’ai été assez touchée par l’histoire qui parle d’un sujet assez sensible, le plagiat, tout en abordant des thèmes à la fois mystérieux et captivant tout au long de l’histoire. Le suspense était présent du début à la fin avec une tension assez bien maîtrisée par l’auteur. La structure du livre est assez unique. Le fait de lire deux histoires en une était vraiment une caractéristique indispensable au récit qui rajoute beaucoup d’action et de nouveauté. Également, un aspect du livre que j’ai adoré est le fait que l’auteur nous amène à nous poser certaines réflexions sur notre société actuelle par les thèmes abordés. L’exemple le plus flagrant est la solitude que nous pouvons observer comme étant un phénomène qui touche beaucoup notre société. Par exemple, étant un père veuf, le protagoniste vit seul avec son fils. De plus, il ne fait pas beaucoup de rencontres, ayant un seul ami à son travail et des connaissances grâce à son inscription à l’atelier de lecture. Aussi, j’ai pu observer que tous les personnages souffrent de solitude, même si cela est évidemment reconnaissable sur divers degrés. Bref, la raison de cette recommandation est pour sensibiliser les élèves sur notre société, dont principalement le plagiat tout tant dévorant un récit rempli de dilemmes, de suspense et d’action : le mélange parfait.

Rédigé par Laurie-Ann Hébert, 18 mai 2019

La femme qui a tué

Auteur : Rufus King

Maison d’édition : Librairie des Champs-Élysées

Année de parution : 1947


Résumé :

C’est l’histoire de Clara, une femme mariée à un homme très riche et celle de Solda Carmadine, sans emploi et qui peine à subvenir à ses besoins. Carmadine est l’exacte sosie de Clara et celle-ci a l’intention d’en profiter. Pendant une soirée, Clara décide de tuer son sosie afin de pouvoir s’échapper de sa vie, de son mari et de sa fille, en usurpant l’identité de Carmadine. De fait, Carmadine est devenue Clara et inversement. Après quelques jours, des doutes s’installent auprès de la fille de Clara, Edna. Après une longue enquête menée par Harold, le mari riche de la vraie Clara, et sa fille, Edna, accompagnés des services de police, arriverons-t-ils à retrouver Clara ?

Critique :

« La femme qui a tué », un roman policier écrit par Rufus King, un auteur Américain. Après la lecture de ce roman, j’ai pu apprécier plusieurs aspects du style de l’écrivain. Premièrement, je tiens à souligner la richesse et la finesse du vocabulaire ainsi que des figures de style utilisées. Les amateurs d’intrigue et de mystère seront enchantés par la lecture de cette œuvre. Il faut également remarquer que le personnage menant l’enquête dans cette histoire est Edna, une jeune fille suspicieuse voulant retrouver sa mère, Clara. Le fait que cela soit une enfant qui mène les ficelles au niveau des découverte de l’intrigue est très intéressant. Malgré sa petitesse, ainsi que son jeune âge, Edna fait preuve d’un grand sens de la justice et arrive à faire le lien entre plusieurs éléments connectés de l’histoire. Par contre, ce roman détient également certains points négatifs comme la complexité des textes comprenant une intrigue sur l’usurpation de l’identité de Solda Carmadine ainsi que les recherches des officiers de polices, du mari de Clara et de sa fille, Edna.

Rédigé par Fatima Boutouis 14 mai 2019

Les dix petits nègres

Auteur : Agatha Christie

Maison d’édition : Le livre de poche jeunesse

Année de parution : 1939


Résumé : 

« Les dix petits nègres » est un roman d’Agatha Christie, écrit en 1939, relatant les péripéties de dix personnages; Vera Claythorne, Emily Brent, Dr. Armstrong, Anthony Marston, le juge Wargrave, Philip Lombard, le général Macarthur et un majordome et sa femme : Mr. et Mrs Roger. L’histoire débute avec le juge Wargrave qui, en train, est en route vers la fameuse île du Nègre. Il y va pour rencontrer sa vieille amie, Constance Culmington. Dans ce train, nous y trouvons aussi les autres personnages mentionnés précédemment, tous là pour la même destination, mais pour de différentes raisons. Arrivés à destination, ils se réunissent au débarquement. Ils y font connaissance et y rencontrent Mr. et Mrs Roger, qui ont tous deux des airs très suspicieux. Lorsqu’ils entrent dans leurs chambres, ils y trouvent une petite comptine un peu macabre. Puis, plus tard dans la soirée, un message préenregistré retentit dans toute la maison. La voix accuse chaque invité, incluant les majordomes, d’un meurtre. Ce n’est que le début de leur calvaire puisque la série de meurtres n’a pas terminé de s’étendre. À vous de découvrir la suite de l’intrigue!

Critique : 

J’ai beaucoup apprécié le roman, parce que l’intrigue était différente et originale. Surtout lorsque nous considérons que le livre a été écrit en 1939. Le fait que tous les personnages étaient différents, au niveau de leur profession, leur attitude et leur façon d’approcher les meurtres et accusations, j’ai aussi beaucoup aimé. Se reconnaître dans au moins un des personnages nous fait se plonger encore plus dans l’histoire et avoir de l’empathie pour tout ce qui arrive aux personnages. J’aime aussi qu’on ne sait pas qui est le vrai meurtrier jusqu’au prologue, un chapitre souvent oublié par les lecteurs.

Rédigé par Bryanna Belzy, le 13 mai 2019

La fille de Brooklyn

Auteur : Guillaume Musso

Maison d’édition :  XO

Année de parution : 2016


Résumé :

Voici l’histoire d’un homme fiancé à une dame, Anna, qui lui pose une question simple mais tragique et qui aura éventuellement de sérieuses répercussions sur les événements qui suivront. La question qui tue : son fiancé l’aimera-t-il toujours autant même si elle avait commis le pire des gestes ? Comme tout bon mari, il répondit oui mais après avoir reçu une photo qui le traumatisa instantanément, il se désista et partit réfléchir quelques instants. À son retour, sa fiancée n’était plus là. Où était-elle ? À vous de le savoir en lisant le roman « La fille de Brooklyn » !

Critique: 

Ce roman de Guillaume Musso était le premier que j’ai lu de sa collection et certainement pas le dernier. Après avoir lu cette histoire de Musso, je suis tombé en amour avec ce livre et son écriture énigmatique. La fille de Brooklyn fait partie de ces livres qui continuent à vous surprendre jusqu’à la dernière page de l’histoire grâce à l’intrigue. Au moment où on pense avoir découvert un élément important ou vous pensez être arrivé à la fin de l’histoire, on s’aperçoit qu’il y a encore beaucoup de pages à lire. Dans ce roman, c’est un amoureux transi et son ami, un policier à la retraite, qui élucident ce mystère à la place du service de police, ce qui est assez original en-soi et qui changent de nos habitudes. Selon moi, La fille de Brooklyn est une vraie réussite.

Rédigé par Asma Hamadache, le 18 avril 2019.

Origine

 

Auteur: Dan Brown

Maison d’édition: Doubleday, Arnoldo Mondadori Editore (JcLattès pour la version française)

Année de parution: 2017


Résumé: 

Origine n’est nul autre que le 5e opus des incroyables énigmes mettant en vedette Robert Langdon. Paru en 2017, ce roman d’aventure est une mine d’action et de suspense. C’est en Espagne q’un imminent futurologue nommé Edmond Kirsh s’apprête à faire une déclaration qui selon ses dires changera le cours de l’histoire et la perception que nous nous faisons des religions. Cependant, les plans d’Edmond sont très vite contrecarrés par un invité surprise qui s’est introduit au Musée Guggenheim de Bilbao, où se tenait la soirée. Robert Langdon devra faire face à de nombreuses questions existentielles tout en étant traqué par un dangereux assassin prêt à tout pour arriver à ses fins. Arrivera-t-il à délivrer le secret d’Edmond Kirsh, de quoi résulte notre existence?

Critique: 

Ce roman policier muni d’une touche de science-fiction mérite clairement d’être pris en compte lors d’un choix de lecture. Les personnages sont énormément attachants en raison de leurs nobles valeurs. Je parle d’honnêteté, de courage, d’amitié, de sens des responsabilités et j’en passe. Robert Langdon est probablement le plus courageux des enseignants qui soit. Se faire pourchasser par un tueur tout en tentant de résoudre de coriaces énigmes, ce n’est pas cela qui l’arrête.

L’intrigue de ce roman peut paraître ennuyante sur papier en raison de sa connotation religieuse mais sachez que ce n’est qu’une infime partie de l’ouvrage. L’histoire est toute au long caractérisée par des questions scientifiques, artistiques et historiques alors grand fan de science, ce livre est fait pour vous. Les rebondissements ne cessent d’affluer de la première à la toute dernière page.

Rédigé par Marc-Antoine Boizard, le 30 mars 2019

 

Le silence des agneaux

Auteur : Thomas Harris

Maison d’édition : Albin Michel

Année de parution : 1988


Résumé :

Clarice Starling, une jeune et nouvelle étudiante au FBI à Quantico, se met à investiguer sur le cas d’un psychopathe, tâche qui lui a été concédée par son supérieur, Jack Crawford. Le psychopathe est connu par le public sous le pseudonyme de Buffalo Bill. Celui-ci avait déjà cinq victimes à son effectif, victimes qui sont reconnaissable par la touche de Bill qui est d’écorcher leur peau. Pour arriver à retrouver Buffalo Bill, Clarice demande l’aide au Dr Hannibal Lecter, psychiatre emprisonné à vie pour avoir commis multiples meurtres cruels. En échange de l’aide fournie, il demandera à Clarice de lui raconter plusieurs moments de sa vie.

Critique :

Ce livre est sans aucun doute le meilleur roman policier que j’ai lu. J’ai été, tout au long du roman, agrippé par son suspense et son imprévisibilité. Hannibal Lecter, qui est mon personnage préféré de l’histoire, a su être extrêmement intriguant et utilise la psychologie d’une manière que je n’avais jamais vue auparavant et ce en étant emprisonné dans une cellule. La manière dont l’investigation se développe et voir l’intensité de la situation monter me donnait l’impression que je faisais moi-même parti de l’enquête. La fin du livre donne juste assez d’information pour être satisfaisante, mais tout en laissant aussi beaucoup d’espace à l’imagination. C’est donc finalement un livre que, selon moi, tous les mordus de romans policier doivent absolument lire au moins une fois dans leur vie pour l’histoire, le style d’écriture et, bien évidemment, le Dr Lecter.

Rédigé par Bilal Tadjer, 15 avril 2018.

Oublie la nuit

Auteur: Agnès Ruiz

Maison d’édition: À l’étage

Année de parution: 2016


Résumé : Le livre traite d’un couple qui a perdu leur fils Pacôme, âgé d’à peine 6 ans, aux mains de la rivière. Le pire est que Pacôme était en sortie avec un couple d’amis de ses parents lorsque leur embarcation a chaviré. Ses parents ont été impuissants face à cette situation. Bref, le couple se sépare à cause de chicane récurrente et Gabriel, le père, tombe dans l’alcool. Nous suivons en parallèle l’enquête de deux policiers pour un meurtre. Les enquêtes vont nous mener aux secrets les plus intimes des personnages. L’écrivaine nous tient en haleine jusqu’aux dernières lignes de ce palpitant roman.

Critique : Je commencerais par dire que j’ai adoré ce livre du début à la fin. Les personnages sont très bien développés et le livre très bien écrit. De plus, Agnès Ruiz parle d’un sujet actuel et très touchant, soit la mort d’un jeune enfant. L’auteure utilise très bien les mots au point où lorsqu’ il y avait une chicane entre Gabriel et Audrey, la mère, je ressentais l’émotion et je pouvais m’imaginer très bien la scène dans ma tête.

Je lui donnerais une note de 4.5/ 5 car c’est un excellent livre mais je n’étais pas totalement satisfait de la finale (dernière page). Elle laissait place à des questionnements qui n’auront pas de réponses car il n’y aura pas de suite.

Rédigé par Samuel Dumas, le 4 avril 2018