Anne… la maison aux pignons verts

Auteur : Lucy Maud Montgomery

Maison d’édition : Québec Amérique

Année de parution : 1908


Résumé :

Marilla et Matthew Cuthbert désirent avoir un orphelin pour les aider à la ferme. Ceci étant dit, quelle fut la surprise lorsqu’ils virent la jeune rouquine faire son apparition sur le quai. La lourde tâche d’aider à la ferme n’était pas pour des jeunes filles, ils avaient bien précisé vouloir un garçon… Malgré tout, l’orpheline qui répond au nom de Anne finit par les mettre sous son charme. Celle-ci possédant un amour profond pour la vie et les mots, il est
impossible de ne pas tomber sous son charme. Un roman qu’on ne peut pas oublier!

Critique : 

Ah, notre très chère Anne! Tout le monde connaît ce grand classique avant même d’avoir lu le livre. Il existe plusieurs adaptations cinématographiques de cette histoire et ce n’est pas
pour rien. Le roman est tout simplement formidable. Que dire de ses personnages si attachants, le tout dans un paysage historique de l’Île-du-Prince-Édouard… Je suis tombée en amour avec l’entièreté du personnage principal. Anne est une passionnée de tout ce qui
l’entoure. Lorsqu’elle parle, elle nous fait découvrir une toute nouvelle philosophie de vie qui nous incite à notre tour à voir ce qui nous entoure sous un autre angle. Malgré son lourd passé, la rousse demeure on ne peut plus optimiste sur la vie et c’est rare de voir un
personnage aussi complexe. Une chose est sûre, c’est qu’une telle histoire demeure marquée sur notre coeur. C’est une lecture qui peut s’avérer parfois compliquée à comprendre, vu le langage particulier de l’époque et surtout les monologues intéressants du
personnage principal, mais je recommande tout de même ce livre à tout le monde! Je crois que celui-ci permet à nous tous d’apprendre. Anne… La maison aux pignons verts est le genre de roman que nous réalisons plus d’une fois dans notre vie et qui nous marque à
chaque fois d’une manière différente. Bref, ce fut un grand coup de coeur!

Rédigé par Syndy Jetté, 14 janvier 2020.

Divergence

Autrice : Veronica Roth

Maison d’édition : AdA Inc.

Année de parution : 2011


Résumé : 

Beatrice Prior vit dans un monde dystopique divisé en cinq factions différentes : les Sincères, les Altruistes, les Audacieux, les Fraternels et les Érudits. Lorsque les adolescents de cette société ont 16 ans, ils doivent choisir une des cinq factions lors d’une cérémonie. Et bientôt, ce sera le tour à Beatrice et son frère. Vivant dans la seule faction qu’elle a toujours connue, elle devra faire le choix de rester ou de partir. Grâce au test d’aptitude, elle est supposée avoir une idée plus claire. Mais d’autres épreuves l’attendent, la remettant en question, ainsi que les gens qui l’entourent elle et sa propre faction. Et, bien sûr, le tout ne serait pas complet sans une intrigue amoureuse.

Critique : 

Dès le premier chapitre du livre, je n’étais pas convaincue de ce monde dystopique où se trouvent les personnes. Mais, en persévérant et en donnant une chance au roman, j’ai fini par complètement adorer l’histoire.

C’est un roman détaillé. Par exemple, les personnes, les factions ou les scènes d’action jouissent de beaucoup de descriptions. Certes, il s’agit d’un roman de 450 pages exigeant un bon temps de lecture. Mais à mon avis, il vaut néanmoins vraiment la peine. J’ai eu du plaisir à suivre l’aventure de Beatrice ainsi que les nombreuses péripéties qui ponctuent sa vie.

Il y a eu quelques fois où j’ai dû relire pour bien comprendre l’intrigue, sans jamais, cependant, gâcher ma lecture. Une critique : je trouve que la romance vécue par la protagoniste un peu inusitée. Mais c’est quand même une relation saine et mignonne.

Le roman nous laisse sur divers questionnements : pourquoi le monde est-il devenu une dystopie ? De qui les Audacieux protègent-ils la population ? Que se trouve-t-il de l’autre côté de « la clôture » ? Des interrogations qui ne font que nous donner envie de lire le second tome !

Rédigée par Guinaëlle Destiné, 8 Janvier 2020

Harry Potter à l’école des sorciers

Auteur: J.K Rowling

Maison d’édition: Bloombury

Anné de parution: 1997


Résumé :

Harry Potter se croyait comme un garçon comme tous les autres. Puis, une chouette lui apporta une lettre lui indiquant qu’il était accepté à Poudlard, une école de sorcelleries, suivie d’une vague de chouettes additionnelles apportant toutes la même lettre. Il fit alors la rencontre d’un demi géant barbu, qui lui expliqua qu’un tout nouveau monde incroyable l’attend. Apprendre à jeter des sorts, transfigurer des objets, concocter des potions et jouer le sport le plus populaire dans le monde des sorciers, le Quidditch, ainsi sera composée l’éducation d’Harry Potter, le célèbre apprenti sorcier!

Critique :

Juste en lisant le premier tome de cette série, nous nous sentons déjà bien investis dans le monde imaginé par J.K Rowling.

On découvre le personnage principal Harry Potter et le fabuleux monde qui l’attend. Le livre se passe dans les années 1990 en Angleterre. On y mélange la vie réelle, l’imaginaire et le fantastique, le tout pour un résultat merveilleux. Nous parvenons à nous attacher à certains personnages et à détester d’autres, allant des étudiants de cette fameuse école aux professeurs. La façon dont on détaille presque chaque caractéristique de l’histoire allant du château à ses portraits fantastiques, en passant par ses fantômes et le fameux Quidditch, nous oublions que le tout appartient à un conte irréel, permettant à notre imaginaire de se libérer. Dès la lecture du premier tome de cette série, nous comprenons pourquoi celle-ci fut adaptée en films, jeux-vidéos et autres produits dérivés tant son potentiel est impressionnant.

Rédigée par Guinaëlle Destiné, 31 Décembre 2019.

 

Mansfield Park

Auteur: Jane Austen

Maison d’édition: Pocket Edition

Année de parution: 1814


Résumé: 

À l’âge de dix ans, Fanny Price quitte son foyer pour aller habiter au Mansfield Park, lieu appartenant à d’autres membres de sa famille étant plus fortunés. La soeur de sa mère, Mrs Norris, a décidé de la prendre sous son aile afin de lui offrir un meilleur avenir. Fanny est
donc élevée avec ses cousins, tous plus âgés qu’elle. Sa tante lui rappelle constamment qu’elle est inférieure et elle apprend à vivre en étant constamment aux services des autres. Seul Edmund, son cousin, semble la considérer comme une personne à part entière, ce qui ne la laisse pas indifférente… Fanny vieillit et elle doit faire face à de nombreuses situation qui la mettront à l’épreuve. À vous de lire pour découvrir!

Critique:

Mansfield Park est si bien raconté que nous nous sentons dans l’histoire. Les personnages ont chacun leur propre couleur et leur propre importance. Le déroulement se passe sur de nombreuses années, ce qui forme une toile d’événements complexes. Venant de Jane Austen, cela n’a rien d’étonnant! Elle a su écrire avec perfection la vie de plusieurs personnes fictives et on ne peut que l’admirer pour son talent. Toutefois, ce roman peut être assez complexe à comprendre pour des lecteurs novices. C’est pourquoi je le conseille pour des personnes qui adorent lire et qui ont une certaine base en ce domaine. J’ai moi-même eu parfois du mal à comprendre tous les concepts abordés dans l’histoire mais mon désir d’en savoir plus sur l’époque m’a amené à faire mes propres recherches. J’ai été touchée tout au long du roman en raison de la fragilité du personnage principal. Je dois souligner que Fanny Price n’est représentée en aucun cas comme étant une héroïne, ce qui est certainement un grand point à souligner dans ce livre féministe. J’ai adoré le fait que cette cause qui tenait tant à coeur à l’auteure a été apportée sous un côté différent. Bref, c’est une lecture qui nous fait assurément réfléchir et je vous la conseille fortement!

Rédigée par Syndy Jetté, 12 novembre 2019

L’héritier de Merlin

Auteure : Élodie Loisel

Maison d’édition : ADA

Année de parution : 2015


Résumé :

L’histoire est celle de Kenric Amoretti, un jeune archédois qui vit seul avec sa mère, son père l’ayant abandonné avant même sa naissance. Lors d’une sortie avec ses amis, il se fait kidnapper par des hommes habillés en noir. À partir de ce moment, Kenric va voir sa vie complètement transformée. Il va apprendre que la forêt de Pompéi cache une autre forêt où cohabitent les créatures féeriques : Brocéliande. Là- bas se trouve une société de druides vieille de plusieurs millénaires. Il va devoir y apprendre, avec cinq autres garçons, à devenir un druide. Lors de sa formation, il apprendra, notamment, à maîtriser les éléments, apprendre le secret des différentes plantes et apprendre à lire les signes.

Critique :

J’ai adoré le premier des quatre tomes de la série Le secret des druides. En effet, le rythme du roman est très bien soutenu. L’intrigue est excellente et bien ficelée. Les personnages sont attachants et chacun a ses propres traits physiques et psychologiques. Les revirements sont nombreux et inattendus. Ce que j’ai vraiment aimé dans ce roman est que tout au long du récit, l’auteure nous parle des druides que tout le monde connait, comme Panoramix. De plus, l’auteure nous raconte, à travers les différents professeurs de Brocéliande, l’histoire des druides. La finale de ce roman est d’autant plus fascinante qu’inattendue. Le mystère plane sur le livre de la première à la dernière page et l’auteure s’amuse à nous donner ses informations au compte-gouttes en plus de nous mettre sur des fausses pistes continuellement. Je lui donnerais une note de 4/5 car je n’ai pas vraiment été séduit par les premières pages du roman, bien que le préambule mette l’eau à la bouche. Cependant, je dois dire qu’après avoir lu les 20 premières pages que je trouve un peu moins intéressantes, on tombe ensuite dans le rythme et la lecture se fait toute seule.

Rédigée par Samuel Dumas, le 2 novembre 2019.

Un couteau sur la neige

Auteur : Maryse Pelletier

Maison d’édition : Soulières

Année de parution : 2010


Résumé : Une terrible tragédie s’est produite à l’école secondaire Morency. Un jeune libanais de quinze ans du nom Hachim Azari, alias Couscous, a été victime d’une tentative de meurtre. Un début d’altercation qui tourne au cauchemar, des jeunes bouleversés, des parents dévastés, une histoire d’intimidation et de taxage et une affaire compliquée à déchiffrer. Qui a débuté le conflit? Qui est le coupable? Qui sont les témoins? Il y a Francis, un petit blond timide. Mais un bon ami de Hachim aurait -il pu faire une chose pareille à un de ses meilleurs amis?

Critique : J’ai adoré le livre car je raffole des livres policiers. Les péripéties et les scènes de reconstitution étaient géniales. Au début, j’ai surestimé ce livre car la couverture n’était pas très attrayante. Mais dès que j’ai commencé à lire, je ne pouvais plus m’arrêter tant c’était captivant. De plus, j’aime le fait que les personnages soient différents les uns des autres. En somme, un couteau sur la neige est un livre à lire attentivement. À tout moment, un nouveau suspect peut apparaître, et les intensifiant le suspense. Par contre, j’aurais préféré plus de réalisme du côté des réactions des parents face à l’intrigue, de même que j’ai observé des incohérences à certains moments du livre quant aux caractéristiques des personnages.

Rédigée par Perla Hasa le 19 octobre 2019

Le journal de Dylane T.03 : La barbe à papa rose

Auteure: Marilou Addison

Maison d’édition : BOOMERANG

Année de parution : 2016


Résumé: 

Dylane est une adolescente de 14 ans qui n’a pas une vie tranquille. Elle est en couple avec Florian, un beau jeune homme bilingue qu’elle connaît grâce au conjoint de sa mère, faisant de lui son demi-frère. Ils ont passé beaucoup de temps ensemble avant de tomber fou amoureux l’un de l’autre… Ou peut-être pas! De plus, sa cousine Mira veut à tout prix être avec Dylane dans un soi-disant « club de décoration pour les fêtes importantes » à leur école. Elle devient donc une lourde tâche additionnelle sur les épaules de Dylane, qui en voit de toutes les couleurs. Comme si tout cela n’était pas suffisant, Colin, son meilleur ami, devient de plus en plus distant avec elle, ce qui l’inquiète beaucoup. Comme toujours, ses frères ne lui facilitent pas la vie avec leurs plaisanteries, sans parler de la nouvelle blonde de son père.

Critique :

J’ai beaucoup aimé ce livre car le personnage principal, Dylane, est attachante et rend les situations loufoques en galéjade. Aussi, dans chacun des romans, l’auteure a pris soin d’y incorporer des recettes de desserts alléchantes. J’adore le fait que Dylane et Colin, son meilleur ami, soient en froid car cela crée un suspense intéressant, rendant le livre captivant. Par contre, j’aurais personnellement enlevé quelques parties du livre où il est question de son amie Annabelle, conjointe de l’ex de Dylane, Malik. Dylane se sent un peu jalouse de cette situation et je trouve ces passages répétitifs. Le livre reste malgré tout super intéressant à lire, notamment grâce au format utilisé par l’auteure, soit le journal intime. J’aime avoir le sentiment de lire le journal intime d’une autre personne et de pouvoir comparer les péripéties vécues sans nécessairement se sentir jugée.

Rédigée par Perla Hasa, 15 Octobre 2019

Red Rising

Auteur : Pierce Brown

Maison d’éditions : Hachette romans

Année de parution : 2014


Résumé :

Darrow est un Rouge, un individu de la caste la plus basse. Il vit dans un monde où les Ors, des êtres supérieurs et puissants, dirigent la Société. Même s’il occupe une place déplorable au sein de la Société, Darrow ne conteste pas l’emprise exercée par ses dirigeants. Puis, un évènement tragique se produit et lui ouvre les yeux. Le jeune homme cesse de se voiler la face et décide d’agir. Pour mieux détruire les Ors de l’intérieur, il n’a pas d’autre choix que d’en devenir un.

Critique :

J’ai beaucoup apprécié le système de castes avec les couleurs. Ces dernières sont toutes composées d’individus exerçant un métier dans un domaine prédéfini. Mais, comme dans toutes les dystopies, il existe une hiérarchie sociale et une injustice au sein des couleurs. Les Ors vivent dans l’insouciance et détiennent un pouvoir immense sur les autres couleurs. Selon moi, l’auteur a bien exploité ce concept. Le personnage principal, Darrow, veut mettre un terme à cette inégalité. Sa transformation est impressionnante. Au tout début, lorsqu’il est un Rouge, il est craintif à la seule idée de s’opposer aux idéaux de la Société. Mais plus il avance et évolue chez les Ors, plus il devient mûr et endurci. Il gagne du courage et de l’assurance.

L’intrigue et le déroulement de l’histoire sont excellents, mais certains passages sont superflus. Durant ma lecture, il m’est arrivée de perdre le fil ou de vouloir passer quelques pages. Mais, malgré cela, Red Rising est un roman incroyable, chargé en émotions et en rebondissements.

Rédigé par Rose Lawson, 13 octobre 2019

The sun is also a star

Auteure : Nicola Yoon

Maison d’éditions : Bayard Jeunesse

Année de parution : 2017


Résumé :         

Daniel est le fils de parents coréens ayant immigré à New York. Il doit se présenter à un entretien pour intégrer l’Université de Yale.  La famille de Natasha, quant à elle, est forcée de quitter les États-Unis. Elle doit retourner en Jamaïque, le soir même, en raison de leur immigration illégale. Natasha tente par tous les moyens d’empêcher l’expulsion qui l’oblige à retourner dans son pays natal. Leur destin est déjà tracé. Toutefois, après un enchaînement d’événements improbables, ils finissent par se rencontrer et vivent une touchante histoire d’amour le temps d’une journée.

Critique :

Ce qui m’a plu dans ce livre, c’est le fait que les personnages principaux étaient d’origines ethniques différentes. Certains détails, comme la façon dont les parents coréens nomment leurs enfants, sont expliqués. Nicola Yoon a parsemé plein d’informations de ce genre à travers son roman, donc c’est un petit plus à mon avis. L’auteure a également abordé plusieurs sujets qui font réfléchir, comme le racisme, la différence, les conflits familiaux et l’immigration.

La rencontre de Natasha et Daniel est loin d’être banale et ordinaire selon moi. Tout au long du roman, on sous-entend qu’il s’agit du destin et du hasard. Le lien qui existe entre les deux personnages est unique et authentique.  Plus ils passent du temps ensemble, plus leur perception de l’amour change. Cependant, le départ de Natasha plane entre eux et menace de mettre fin à leur histoire d’amour qui vient tout juste de naître.

Si vous êtes une personne un peu plus visuelle, je vous suggère de regarder l’adaptation cinématographique. L’histoire racontée sur grand écran est la même, à quelques détails près.

Rédigé par Rose Lawson, 13 octobre 2019

La vie compliquée de Léa Olivier T.01 Perdue

Auteure : Catherine Girard-Audet

Maison d’édition : Les malins

Année de parution : 2014


Résumé :

Dans ce premier tome, nous apprendrons à connaître Léa Olivier et sa vie compliquée. Léa est une jeune adolescente de la campagne qui doit subitement changer de décor après avoir appris que son père a eu le travail de ses rêves à Montréal. Elle doit faire face à plusieurs défis concernant son déménagement. Elle doit avouer à sa meilleure amie de longue date, Marilou, qu’elles vont devoir se séparer. Elle doit faire de même avec Thomas, son premier amour, et vivre les difficultés des relations à distance. Pour rendre les choses encore plus compliquées, elle doit vivre avec un frère trop parfait chaque jour de sa vie.

Critique : 

J’ai beaucoup apprécié ce livre car l’auteure, Catherine Girard-Audet, trouve les mots et les situations parfaites pour décrire ce que vit une adolescente de son âge. Plusieurs personnes s’identifient à Léa car elle est inspirante, sensible, altruiste et ouverte d’esprit. Moi-même, je m’identifie à elle car je trouve qu’elle vit souvent les mêmes situations que moi et cela me fait du bien de voir que je ne suis pas seule à les vivre. Par contre, si je pouvais changer quelques petits détails, je le ferais sans hésiter car je trouve que dans le premier tome, l’auteure rend Léa beaucoup trop monotone et bien moins enthousiaste que dans les autres livres. Je vous suggère aussi de lire les tomes deux, trois et quatre : ils sont tous extraordinaires! Si vous êtes plus visuels, lisez la bande-dessinée!

Rédigée par Perla Hasa, 30 septembre 2019